Reportage Cash investigation : les clarifications de l’UNICEF

Suite à la diffusion du reportage Cash investigation sur France 2, le 6 octobre 2015, dans un souci de véracité et de transparence, l’UNICEF comme il s’y est engagé tient à apporter des clarifications.

La commercialisation des adresses UNICEF par la Poste

Ce reportage (de la part des enquêteurs comme de certaines personnes interviewées) crée une totale confusion et au lieu d’éclairer le téléspectateur sème le doute.

La Poste n’a jamais commercialisé le fichier UNICEF. Nous avons été partenaires jusqu’en septembre 2014 d’une base mutualisée nommée Concordeo et commercialisée par Mediapost. Ce contrat a pris fin, sur notre initiative, en septembre 2014, soit bien avant que Cash investigation ne sollicite l’UNICEF pour ce reportage, en mars 2015.
Ce partenariat nous avait permis de recruter des donateurs, en réalisant des économies significatives en frais de collecte, nous permettant ainsi de consacrer l’essentiel de nos moyens à nos programmes de terrain. Dès 2014, conscients que les consommateurs et donateurs sont de plus en plus sollicités, nous avons revu notre politique et souhaité protéger nos donateurs de sollicitations commerciales.

La  chronologie des faits de ce reportage tend à montrer que cette pratique est toujours d’actualité alors que l’UNICEF n’est plus partenaire du programme CONCORDEO depuis un an et les documents présentés par Madame LUCET aux téléspectateurs sont caducs.

Les pratiques de l’UNICEF en matière de cession de données

L’UNICEF ne commercialise pas ses fichiers mais elle peut être amenée à les échanger avec d’autres organisations. C’est une pratique légale (dans la mesure où les donateurs sont informés et peuvent s’y opposer) et courante dans beaucoup de secteurs, y compris celui des associations.
Seuls les noms, prénoms et adresses postales sont échangés. Aucun numéro de téléphone, adresse mail ou autre donnée personnelle n’a été cédée à des tiers.

Est-ce illégal comme l’affirme le reportage ?

Les pratiques d’utilisation des données personnelles de l’UNICEF sont légales dans la mesure où :

  1. Notre déclaration à La CNIL est conforme à nos pratiques.
  2. Les donateurs sont informés, en toute transparence sur nos mailings et ont la possibilité de s’opposer à ce que leurs adresses postales soient communiquées.

Nous avons cependant relevé une incohérence entre la mention sur nos courriers d’appels aux dons et celle de notre site internet ; ces deux supports n’obéissent en effet pas aux mêmes règles. Cette incohérence a été corrigée (soit moins de 5% de nos donateurs), et nous veillons à améliorer en permanence nos pratiques.

En tant qu’organisation faisant appel à la générosité publique, nous sommes soumis à des contrôles réguliers (Commissaires aux comptes,  Comité de la Charte), et à d’autres, plus ponctuels de la Cour des comptes, ainsi que de la CNIL. Nous avons d’ailleurs fait l’objet d’un contrôle de cette dernière le 30 mars 2015 qui n’a, à ce jour, révélé aucune irrégularité.

Nos équipes restent à votre écoute, plus particulièrement à celle de nos donateurs qui peuvent nous poser toutes leurs questions complémentaires.
Nous remercions pour votre intérêt et votre soutien.

https://www.unicef.fr/article/reportage-cash-investigation-les-clarifications-de-lunicef

Publicités
  • Non classé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s